La fondation des bastides

Les fondateurs

  • Les grands féodaux, surtout le comte de Toulouse Raymond VII avant 1249, les comtes de Foix, de Bigorre, d’Armagnac, de Comminges et les vicomtes de Béarn et de Lomagne.
  • Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse, frère de Saint-Louis,et successeur de Raymond VII  de 1249 à 1271.
  • Les rois de France, Louis IX, Philippe III le Hardi et Philippe IV, le Bel ou leurs sénéchaux, de 1271 à 1373.
  • Les rois d’Angleterre, Henri III, Edouard 1er, Edouard II et Edouard III ou leurs officiers.

La chronologie des fondations

Pierre Lavedan (1885 – 1982), historien et urbaniste français, reliait l’émergence des bastides à deux grandes périodes historiques importantes pour le Sud-Ouest de la France :

« La Croisade contre les Albigeois au 13ième siècle et la Guerre de Cent Ans au 14ième siècle. »

Ces tensions étaient perceptibles dans la création de villes nouvelles dès le milieu du 12ième  siècle. Effectivement, Montauban a été fondée en 1144 par le comte de Toulouse qui verrouillait ainsi son territoire au Nord et s’octroyait le contrôle de franchissement du Tarn.

La Croisade contre les Albigeois (1209 – 1229) et les conséquences du traité de Paris (1229) mirent fin à la puissance du comté de Toulouse. Toutefois, Raymond VII possédait encore un vaste domaine qui comprenait, autour de Toulouse, l’Agenais, le Rouergue, le Quercy et le Nord Albigeois.
Il fut à l’origine du mouvement de fondation des bastides, ce qui lui permit de retrouver une partie de son ancien pouvoir, mis à mal par le traité de Paris.

1229 – 1249 : Raymond VII

Raymond VII profita d’une clause du traité de Paris, qui lui permettait de créer des villes neuves si elles n’étaient pas fortifiées, pour reconstruire son territoire après la Croisade contre les Albigeois et reloger la population . Aidé de ses officiers, notamment de Sicard Alaman, il fonda une vingtaine de bastides de l’Albigeois à l’Agenais.


.
Ces premières bastides, créées à la seule initiative de Raymond VII, tenaient plus de castelnaux. Toutefois, le comte de Toulouse fut à l’origine du développement des bastides, et en cela, son oeuvre fut essentielle.

1249 – 1271 : Alphonse de Poitiers

Alphonse de Poitiers était le frère de Saint-Louis et fut le successeur de Raymond VII, dont il avait épousé la fille, Jeanne de Toulouse. Son objectif était de préparer le comté de Toulouse à rejoindre le royaume de France.

Il fut à l’origine de pas moins d’une cinquantaine de bastides en vingt ans, principalement en Agenais et plus modestement dans le Rouergue, le Quercy, le Lauragais et la vallée de la Garonne. Ces implantations avaient pour but d’occuper le territoire face au roi d’Angleterre en Agenais et au comte de Foix au sud.

A sa mort, en 1271, le territoire était plus fort et plus productif.

Les rois de France et d’Angleterre

Alphonse de Poitiers et sa femme moururent en 1271, sans héritier. Le comté de Toulouse intégra le royaume de France.

La poursuite de la fondation des bastides fut l’oeuvre de l’administration  royale, et plus précisément du sénéchal du roi, Eustache de Beaumarchais.

En 1271, la « frontière » franco-anglaise se situait en Périgord et Quercy. Ces bastides furent fondées à des fins beaucoup plus militaires que les précédentes. Elles permirent à chacun des belligérants d’occuper le territoire dans le but d’y renforcer son pouvoir.

Le développement des bastides n’attînt jamais, dans le Languedoc oriental, rattaché au royaume de France dès 1229, l’importance qu’il eut dans le Midi-Toulousain et en Aquitaine.
​En 1337, le début de la guerre de Cent Ans, marqua la fin des bastides. On en bâtit moins d’une dizaine jusqu’en 1373, année de fondation de Labastide-d’Anjou, dans l’Aude, la dernière des bastides.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Les commentaires sont fermés