Minerve

Minerve se situe dans le département de l’Hérault, à 46 kms de Béziers.
Sur ce site, il a été trouvé des traces de présence humaine remontant à la préhistoire.
A l’époque médiévale, Minerve est un castrum, un village fortifié dépendant d’un château, construit par les vicomtes de Minerve. Ce castrum semble imprenable du fait de sa position, perché sur un éperon rocheux et entouré de deux canyons.

En juillet 1209, durant la croisade contre les Albigeois, la ville de Béziers est mise à sac. En juin 1210, les croisés dirigés par Simon de Montfort assiègent Minerve. Pour expulser les assiègés, les croisés utilisent des trébuchets qui canonnent les murs de Minerve. Après avoir résisté cinq semaines, à cours de vivres et d’eau, les Minervois capitulent. Guilhem de Minerve, le seigneur des lieux, tente de négocier pour que la population ait la vie sauve et que la cité soit épargnée. Toutefois il est obligé de se rendre sans condition. Simon de Montfort promet la vie sauve aux cathares qui se sont réfugiés à Minerve, s’ils acceptent d’abjurer leur foi. Tous refusent, sauf trois femmes que Mathilde de Garlande réussit à sauver in extremis. Près de 140 cathares sont jetés au bûcher.

                                     

                                   

                                                      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rocamadour

Rocamadour

Rocamadour

Je vous présente le village de Rocamadour que j’ai trouvé admirable et le cadre de la vallée du Lot est magnifique.

Au coeur du Quercy, dans le département du Lot, Rocamadour est une « citadelle de la foi », agrippée à une falaise de 150 mètres de haut.
Ce village , situé dans la région Midi-Pyrénées, fait partie des sites touristiques français les plus visités après le Mont Saint-Michel, la Cité de Carcassonne, la tour Eiffel et le château de Versaille.

Le site de Rocamadour, et ses nombreuses grottes, sont peuplés dès la préhistoire.
Mais c’est durant le Moyen-âge que débute son rayonnement. Le village est composé de trois étages qui représentent les trois ordres de la société : les chevaliers en haut, les religieux au milieu et les ouvriers laïcs en bas.

 

 

 

 

Rocamadour

Rocamadour

En 1105, il existe un petite chapelle au lieu-dit Rupis-Amatoris, à la frontière des terres de l’abbaye bénédictine Saint-Martin de Tulle et de l’abbaye Saint-Pierre de Marcillac.

L’abbé de Tulle, Elbe de Turenne s’établit à Rocamadour en 1112.
Après la proclamation du premier miracle, en 1148, de très nombreux pèlerins commencent à affluer pour prier la Vierge Noire. La statue actuelle, qui se trouve dans la chapelle Notre-Dame, a été sculptée au 12ème siècle dans du bois de noyer. La couleur naturellement sombre de ce bois, plus les dépôts de suie et de fumée, expliquent sa couleur foncée.

 

 

 

Rocamadour

Rocamadour

DSCF1513

Rocamadour

Rocamadour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Géraud d’Escoraille, abbé de 1152 à 1188, fait bâtir les édifices religieux, financés grâce aux dons des pèlerins.
A la fin du 12ème siècle, les travaux sont achevés.
C’est en 1166, en enterrant un habitant du village, que l’on trouve un corps intact, présenté comme celui de Saint Amadour.
C’est à la fin du 13ème siècle que Rocamadour connait le summun de son rayonnement et que les constructions des édifices sont terminées.
Les moines partent de Rocamadour en 1317. A leur place, l’évêque installe un chapitre de chanoines.
En 1562, durant les guerres de religion, les édifices religieux et leurs reliques sont détruits par des mercenaires protestants.

Au début du 19ème siècle, le site est en ruines.
N’ayant reçu aucune aide de l’Etat, le sanctuaire de Rocamadour doit sa reconstruction à l’évêque de Cahors, Monseigneur Jean-Jacques Bardou, qui réussit à réunir un quart de la somme nécessaire aux travaux, grâce à une loterie.
Malgré de nombreuses difficultés, l’essentiel des travaux de restaurations sont achevés à la fin de l’été 1872.

Rocamadour : coordonnée GPS : latitude 44.799383 – longitude 1.617901

DSCF1514 DSCF1506 DSCF1515

 

 

 

 

 

 

Le pélerinage : Pour la dernière épreuve du pèlerinage, il fallait monter à genoux les 216 marches qui menaient à la cité réligieuse.
Dans les sanctuaires, les pèlerins laissaient en ex-voto des objets : des fers de condamnés libérés, des maquettes de bateaux, des plaques de marbres…
Rocamadour est surtout connu pour les miracles de la Vierge Noire qui annonçaient le sauvetage des marins par le tintement de sa cloche.
Notre Dame de Rocamadour fut vénérée dans plusieurs chapelles, jusqu’au Finistère et au Québec.

Carcassonne

CARCASSONNE : coordonnées GPS latitude : 43°2073 – longitude : 2.3633

Carcassonne la cité (2)

Aujourd’hui, je vous emmène à la découverte de Carcassonne dans l’Aude.
Pourquoi Carcassonne ? Tout d’abord parce que je connais bien cette ville pour y avoir vécu quelques années et aussi parce que j’aimerais que vous profitiez pleinement de votre visite.

Tout d’abord, un peu d’histoire.
Les deux quartiers principaux de la ville sont la Cité Médiévale et la Bastide Saint-Louis.
La Cité de Carcassonne se dresse sur un promontoire où l’on a trouvé des traces révélant la présence d’un peuplement humain dès le 6ème siècle avant Jésus-Christ. L’oppidum gaulois du 2ème siècle avant JC va être occupé par les Volques Tectosages qui seront chassés par les Romains en 118 avant JC. Puis, ce sont les Wisigoths au 5ème siècle, les Sarrasins au 8ème et les Francs qui occupent cette place forte appelée alors Karkashuna.
La mort de Charlemagne et la fin de l’Empire Carolingien marquent le début de l’époque féodale. . La famille Trencavel régnera sur Carcassonne de 1082 à 1209, et fera connaitre à la ville un rayonnement exceptionnel.

La légende dit que le nom de Carcassonne vient de Dame Carcas. Au 9ème siècle,alors que Charlemagne et son armée assiégeaient la ville , elle aurait eu l’idée de faire jeter un petit cochon par-dessus les remparts pour que les assiégeants pensent que la nourriture était encore abondante à l’intérieur, et que démoralisés ils abandonnent. Le stratagème aurait fonctionné et Charlemagne aurait levé le siège. Dame Carcas aurait fait sonner les trompettes, l’expression « Carcas sonne » aurait donné son nom à la Cité.

Au moyen-âge, le vicomte Raimond-Roger Trencavel est un protecteur des cathares, nombreux à Carcassonne. Pour le pape, il est l’homme à abattre et la ville doit tomber. En août 1209, les croisés assiègent Carcassonne dont les deux bourgs sont rapidement pris et brûlés, seule la Cité résistera, pendant deux semaines seulement, avant que Trencavel ne cède à cause du manque d’eau : il n’aurait pas pensé à protéger l’accès aux points d’eau situés hors de l’enceinte… Peut-être qu’il s’attendait à être secouru rapidement…
Jeté en prison dans son propre château à Carcassonne, il mourra rapidement. Ses terres seront allouées à Simon de Montfort, et intégrées au Royaume de France en 1224.
En 1234, un tribunal d’inquisition s’installe dans la ville.
En 1240, suite à une tentative de révolte des carcassonnais, Saint-Louis expulse les habitants de la ville et leur permet de s’installer de l’autre côté de l’Aude. C’est la création de la bastide Saint-Louis dont l’essor économique va détrôner la Cité.

 

Lorsque vous arriverez à Carcassonne, je vous conseille d’aller faire une petite balade dans la bastide Saint-Louis, qui se trouve dans la ville basse. C’est une bastide royale française qui fut fondée en 1247. Elle est bâtie autour d’une place centrale, l’actuelle place Carnot. Autour de la place, le tracé des rues en damier est toujours là.  Les fossés se trouvaient à la place actuelle des boulevards. Dans ce quartier, on peut admirer des hôtels particuliers du 18ème siècle, témoins de l’apogée de l’industrie textile qu’a connu la ville :
– Hôtel de Murat, 18ème siècle, 5, rue Aimé Ramond,
– Hôtel de Rolland, 18ème siècle, 32, rue Aimé Ramond
– Maison du Sénéchal, 14ème, 70 rue Aimé Ramond…

Le pont vieux, 14ème siècle, fut jusqu’au 19ème siècle le seul pont reliant la Cité Médiévale à Bastide Saint-Louis. Ce pont est réservé aux piétons. Grâce à lui, vous pouvez accéder rapidement à la Cité, si la marche ne vous fait pas peur…
C’est aussi le lieu idéal pour admirer le feu d’artifice et l’embrasement de la Cité, les soirs de 14 juillet. Mais attention, vous ne serez pas seuls… Et petite info utile : le 14 juillet, dès 17h, les barrières de sécurité sont mises en place autour de la Cité. Il est impossible d’y circuler en voiture.
Maintenant que vous êtes prévenus, sachez aussi que le feu d’artifice à Carcassonne c’est quelque chose de vraiment beau.
D’ailleurs la preuve !

Et maintenant je vous emmène faire une balade dans la Cité.

Carcassonne La cité porte narbonaise

Vous allez sûrement entrer par la Porte Narbonnaise, entrée principale de la Cité, près des parkings.
Mais si vous êtes passés par le pont vieux, vous arriverez dans le quartier de la Barbacane et entrerez par la Porte de l’Aude.
Petite info: à la place de l’église Saint-Gimer, se trouvait un passage, protégé par deux hautes murailles, qui permettait d’atteindre le fleuve en contre-bas.
Bref, si vous optez pour la Porte de l’Aude, vous allez vous apercevoir que la Cité est vraiment sur une colline.
Quoiqu’il en soit, je vous conseille de prendre un plan de la Cité et d’être curieux.

 

Faites le tour entier de la Cité, entre les deux enceintes, dans les lices où il y avait des habitations il n’y a pas si longtemps.

Carcassonne la cité ruelle
Découvrez la Cité médiévale en sortant des « rues principales » et vous trouverez de petites ruelles paisibles.
Prenez le temps de vous imprégner de cet endroit, levez la tête, regardez au-delà des remparts…

 

 

 

 

Carcassonne le château contal dans la cité Faites une visite guidée du château comtal, ce serait vraiment dommage de ne pas le faire. Vous y apprendrez sûrement quelque chose et vous aurez accès à des lieux fermés à la visite libre.
Ce château fut le premier des Trencavel, sa construction a commencé au début du 12ème siècle.

 

 

 

La basilique Saint-Nazaire, ancienne cathédrale de Carcassonne, apparaît pour la première dans les textes en 925.
Elle fut remaniée plusieurs fois : le roman et le gothique s’y côtoient.

le 24 05 2012 (10)le 24 05 2012 (20)

 

 

 

 

 

 

Je vous souhaite une très belle visite et je vous conseille 3 adresses sympas (dans la Cité) pour vous faire plaisir. Je tiens à préciser que je ne suis pas payée pour le faire, ce sont des endroits que je trouve vraiment sympas.

L’art Gourmand : 13 rue Saint-Louis (à quelques mètres de la basilique Saint-Nazaire)
C’est le temple de la gourmandise, où l’on trouve de délicieuses douceurs artisanales : fruits confits, pâtes de fruits, biscuits de nombreuses variétés, nougats, pâtes d’amande, chocolats et glaces artisanales aux multiples saveurs.
Tout est excellent et on a envie de goûter à tout !
La première fois, c’est l’odeur qui m’a attirée dans cette boutique. J’y suis souvent retournée lorsque j’habitais Carcasonne, pour leurs produits délicieux et de très bonne qualité, pour s’offrir ou pour offrir…

Le Bar à Vins de la Cité : 6, rue Plo
Le Bar à Vins c’est le lieu sympa de la Cité où vous pouvez boire un verre, déguster un cocktail et aussi grignoter des tapas dans une ambiance musicale, sous un marronnier bicentenaire.
Et tout cela avec une vue imprenable sur les remparts.
C’est une sorte d’oasis au coeur de la Cité.

Le Saint-Jean (restaurant) : place Saint-Jean
Ce restaurant possède 3 qualités importantes : sa cuisine, son emplacement et la qualité de son accueil.
Pour la cuisine vous pouvez opter pour un cassoulet ou un autre plat traditionnel du Sud-ouest. Mais, si comme moi, le cassoulet ne vous fait pas rêver, et que l’été vous préférez des grosses salades, c’est aussi le lieu qu’il vous faut.
Lorsque j’habitais Carcassonne, c’était le restaurant dans lequel j’emmenais mes amis et personne n’a été déçu.
Leur cuisine est bonne, créative, et les prix sont raisonnables.
Le cadre est magnifique, une petite place paisible, avec vue sur le château comtal. Vous pouvez y déjeuner dans le calme, ce qui l’été, à Carcassonne n’est pas partout le cas. Et ce qui ne gâche rien, l’accueil y est aussi très sympathique !