Notre-Dame de Sanguinou

Cette chapelle romane est considérée comme étant le plus ancien sanctuaire du département du Tarn. Elle est située au nord du village de Caucalières, sur le Causse, au milieu des prés.
Elle est citée sur les chartes de la fondation de l’abbaye d’Ardorel, dès 1124.
Des fouilles archéologiques menées entre 1949 et 1951, ont permis de découvrir des vases funéraires datant de l’époque gallo-romaine, ainsi qu’un sarcophage de type mérovingien[1] à même le roc. Ceci tendrait à prouver l’existence d’un sanctuaire chrétien dès cette période.

L’église actuelle, classée parmi les églises romanes remarquables du département, date vraisemblablement du XIe siècle. Elle possède une petite nef, sans colonnes ni piliers, couverte d’un plancher.

[1] La période mérovingienne se situe entre 500 et 700.

 

       

 

 

 

 

 

 

 

L’église Saint Victor, à Nages

La commune de Nages se trouve dans les Monts de Lacaune, entre Murat-sur-Vébre et Lacaune.
A l’origine,cette église était la chapelle du château des comtes de Thézan et elle était dédiée à Saint-Martin. L’église paroissiale primitive, dédiée à Saint-Victor se trouvait dans un cimetière. Elle fut détruite lors de la prise de Nages par les protestants, en 1586.
Plutôt que de reconstruite l’ancienne église paroissiale, il fut décidé d’agrandir la chapelle du château et de l’utiliser commme église paroissiale. Ceci explique la différence de style entre le chœur et le fond de l’église.
Une des tours du château a été réaménagée pour servir de clocher.
Cette église possède de très belles fresques réalisées par Michaël Greschny, de 2005 à 2006.

         

                             

         

 

 

Minerve

Minerve se situe dans le département de l’Hérault, à 46 kms de Béziers.
Sur ce site, il a été trouvé des traces de présence humaine remontant à la préhistoire.
A l’époque médiévale, Minerve est un castrum, un village fortifié dépendant d’un château, construit par les vicomtes de Minerve. Ce castrum semble imprenable du fait de sa position, perché sur un éperon rocheux et entouré de deux canyons.

En juillet 1209, durant la croisade contre les Albigeois, la ville de Béziers est mise à sac. En juin 1210, les croisés dirigés par Simon de Montfort assiègent Minerve. Pour expulser les assiègés, les croisés utilisent des trébuchets qui canonnent les murs de Minerve. Après avoir résisté cinq semaines, à cours de vivres et d’eau, les Minervois capitulent. Guilhem de Minerve, le seigneur des lieux, tente de négocier pour que la population ait la vie sauve et que la cité soit épargnée. Toutefois il est obligé de se rendre sans condition. Simon de Montfort promet la vie sauve aux cathares qui se sont réfugiés à Minerve, s’ils acceptent d’abjurer leur foi. Tous refusent, sauf trois femmes que Mathilde de Garlande réussit à sauver in extremis. Près de 140 cathares sont jetés au bûcher.

                                     

                                   

                                                      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes ebooks

Bonjour,

La conception d’ebooks est, pour moi, la suite logique de ma carrière d’auteur, elle s’inscrit en parallèle de mes autres activités : la rédaction d’articles pour ce site et l’écriture de livres papier édités par des éditeurs tarnais, particulièrement impliqués dans la mise en valeur et la reconnaissance du patrimoine et de l’histoire régionale.
Ces ebooks sont à visée historique et touristique, ils sont clairs et concis, pensés pour vous permettre de profiter pleinement de vos balades.
Plus simples à consulter que le site puisque regroupés par thèmes, ce sont de véritables petits guides dans lesquels vous pourrez admirer de nombreuses photos et qui vous permettront de ne pas passer à côté de l’essentiel grâce à leur rubrique « A voir absolument ».
Les textes qui y figurent sont également plus détaillés que ceux du site afin que vous puissiez apprécier davantage vos visites.
Il est tellement plus simple de tout avoir sous la main dans un seul document…

Pour le moment, deux titres sont disponibles : « Bastides du Tarn » et « Villages Médiévaux du Tarn ».
Je travaille sur un troisième qui a pour thème Gaillac et son vignoble…

 

                         

En souhaitant répondre à vos attentes, je vous souhaite de belles découvertes dans notre région.
Catherine Rèfre

 

 

 

L’abbaye-école de Sorèze, Notre-Dame de la Sagne

Cette abbaye bénédictine fut fondée par Pépin d’Aquitaine en 754, au pied de l’oppidum de Berniquaut, qui atteste de la présence des hommes en ces lieux à l’époque du néolithique final . L’abbaye fut démolie au IXe siècle par les Normands ; elle fut rebâtie au Xe siècle et la ville de Sorèze se développa autour d’elle.
En 1636, Louis XII fit don de l’abbaye à Dom Barthélémy Robin. Les bâtiments furent restaurés et le monastère fut affilié à la congrégation de Saint-Maur.
Les moines ouvrirent une école, nommée Séminaire, en 1682, dont la qualité de l’enseignement fut reconnue par le roi Louis XVI qui en fit une école militaire en 1776. Elle attira de nombreux pensionnaires parmi les jeunes nobles désargentés, ils y reçurent une éducation culturelle et physique, dans une grande discipline.
Les écoles militaires furent supprimées en 1793, l’école devint privée.
De 1854 à 1861, elle fut reprise et dirigée par les dominicains, et grâce au Père Lacordaire, l’école devint un lieu d’intelligence et de pédagogie remarquable, reconnue pour la qualité de son enseignement jusqu’à l’étranger. De ce fait, l’école était fréquentée par des élèves du monde entier, véritable foyer de culture permettant l’émergence et le rayonnement de courants de pensées.
L’abbaye, ses bâtiments, son parc de six hectares font partie de la structure médiévale de la commune de Sorèze.
En 1988, elle fut classée monument historique, ainsi que le parc et une partie du village.
L’abbaye-école ferma en 1991.

 


La chapelle Saint-Jean del Frech

La chapelle Saint-Jean del Frech  est située sur la commune de Lacaze, sur le Mont Saint-Jean.
Autrefois les celtes y vénéraient le soleil et installèrent leurs sépultures.
A l’époque carolingienne c’était une tour de guet.  Cette tour devint plus tard le clocher à la chapelle.
Cette chapelle est l’une des plus anciennes du Tarn, elle est mentionnée en 972 la première fois, et le cimetière en 1307.
Pendant la croisade contre les Albigeois, le cimetière aurait abrité des tombes cathares.
C’est une chapelle isolée, le curé habitait la commune de Lacaze.
La chapelle connut la célébrité après la révocation de l’édit de Nantes. Cette région est profondément protestante et les fidèles profitèrent de l’isolement de la chapelle pour s’y réunir clandestinement lors des assemblées du désert entre les XVIe et XVIIIe siècles.
Le 22 avril 1689, une rixe entre les habitants se déroula dans le cimetière et causa la mort d’une dizaine de personnes.
Au cours du XVIIIe siècle, des travaux importants furent accomplis sur décision de l’évêque de Castres, Honoré de Quiqueran de Beaujeu : l’édification d’une croix dans le cimetière, le pavage de l’église, le crépi des murs intérieurs de la nef et leur blanchiment.
Vers 1778, un porche relia l’église à la tour.
L’église fut fermée par l’évêque d’Albi, Jean-Joachim Gausserand, le 2 août 1792.

 

 

 

 

 

 

 

La Montagne Noire

La Montagne Noire se trouve  à l’extrême sud-ouest du Massif Central et comprend une partie de trois départements : le Tarn et l’Aude pour la plus grande partie et la Haute-Garonne , et borde l’Hérault.
Mazamet, dans le Tarn, se trouve au pied de son versant nord ; dans l’Aude, le versant sud abrite le Cabardès et le Minervois.
Le Pic de Nore, dans l’Aude, avec 1211 mètres d’altitude en est le point culminant.
La Montagne Noire pourrait tirer son nom de la densité de la forêt de son versant nord.
C’est sur le versant nord et le haut Cabardès que se trouvent les lacs de retenue d’eau destinés au Canal du Midi : le Lampy, Saint-Ferréol.  . Paul Riquet conçut cette succession de lacs alimentés par des rigoles et le système mécanique permettant de contrôler le niveau d’eau du Canal du Midi. En 1958, le lac des Cammazes vint compléter ce dispositif.

 

dscf3612 dscf3607 dscf3604
Revel Système d'alimentation en eau du Canal du Midi Revel système d'alimentation en eau du Canal du Midi

Merci à Etienne pour ces photos du mécanisme permettant le contrôle du niveau d’eau du Canal du Midi.

 

Les statues menhirs des Monts de Lacaune

C’est à la préhistoire que remonte l’histoire des Monts de Lacaune, comme en témoignent les nombreuses statues-menhirs qui sont l’œuvre des premiers paysans éleveurs qui y vécurent de 3 300 à 2 200 avant J.C. Entre Lacaune et Murat-sur-Vèbre, en passant par Moulin-Mage et Nages se trouvent une cinquantaine de statues.
Ces statues-menhirs sont des pierres dressées, sculptées pour la plupart. Elles datent du néolithique, entre 4000 et 2500 avant notre ère. Elles sont en grès ou en granit, et contrairement aux menhirs, elles sont sculptées et représentent des personnages masculins ou féminins, des êtres humains en position assise. Elles ont des bras et des jambes, une tête avec des yeux, un nez, des tatouages. Le dos des statues est également sculpté : plis du vêtement, chevelure.
Ces statues-menhirs ne sont pas l’apanage du Tarn, puisque d’autres ont été retrouvées dans l’Aveyron et l’Hérault, plus de cent vingt actuellement, et la liste n’est pas close.
Actuellement, la raison pour laquelle ces pierres ont été érigées et sculptées est encore inconnue, peut-être sont-elles la représentation de quelques divinités…
Le centre d’interprétation des mégalithiques se trouve à Murat-sur-Vèbre, il est ouvert toute l’année.

Statue-menhir à Lacaune Statue-menhir à Lacaune

Les Monts de Lacaune

Les Monts de Lacaune se situent aux confins du département du Tarn, à la limite de l’Hérault, c’est dans cette région que se trouvent  les sommets les plus hauts du sud du Massif Central avec le puech de Rascas à 1270 mètres, le puech de Montgrand à 1269 mètres et le roc de Montalet à 1259 mètres.
C’est une région verte, de forêts et d’élevage. Ses principales activités économiques sont l’agriculture et la salaison. Les brebis de Lacaune sont celles dont le lait est utilisé pour la confection du célèbre fromage de Roquefort.

nages-paysage les Monts de Lacaune les Monts de Lacaune les Monts de Lacaune le lac de Laouzas